Icone

Stories - 8 février 2020

Tout

Ikram Loubna Nour fait partie de cette nouvelle génération d’entrepreneurs.
Fondatrice de l’agence Icone, elle vient aujourd’hui partager avec nous son aventure.

1 – Pour commencer, parlez-nous un peu de vous …

Ikram Loubna Nour, j’ai 25 ans, je suis native de Kouba, Alger.
Un jour j’ai décidé de créer ma propre entreprise : Icone agency.
Une Agence spécialisée dans le marketing de marque et gestion d’image de marque.

Mis à part Icone agency, je suis operations manager chez Nejma3. Il s’agit d’une fondation qui à pour objectif de rassembler les compétences algériennes afin de résoudre des problématiques de grande envergure, d’établir un diagnostic et d’en ressortir avec d’éventuelles solutions.

2 – Racontez-nous comment a commencé votre aventure …

J’ai commencé à travailler très jeune. J’avais à peine 17 ans quand j’ai intégré le domaine du marketing. J’ai commencé à créer du contenu, sans le savoir, j’étais une véritable passionnée du marketing.

Seulement, il faut savoir que je me suis toujours vue comme future femme entrepreneure.
J’ai occupé plusieurs postes dans ce domaine, j’étais junior Project manager, digital manager…

J’avais fait le choix de faire un peu le tour, de voir les différents postes.
Et au moment opportun, le jour où je me suis véritablement sentie parée, j’ai lancé ma propre entreprise.

3– Quel a été le déclic ?

A l’obtention de mon diplôme, j’ai commencé à me poser beaucoup de questions sur ce que j’allais faire.

Il s’avère qu’au même moment j’ai eu une offre d’emploi dans une grande multinationale.
Je devais donc trancher : travailler dans une multinationale ou bien me lancer seule.

J’ai eu un petit moment de doute, puis j’ai décidé de sauter le cap. Au fond, je savais que j’étais faite pour ça.

4- Avez-vous fait des rencontres qui vous ont incitées à vous lancer ?

Un tas de rencontre. Mais je pense que la personne qui m’a le plus inspirée c’était mon père.
Petite, mon rêve c’était ‘‘de faire comme papa’’.

Lui et moi avons des parcours assez similaires. A 25 ans, mon père avait également une entreprise, il gérait une équipe.
Finalement, j’ai toujours baigné dans cet esprit du business et de l’entrepreneuriat.

5-Dites-moi Ikram, pourquoi avez-vous choisi la voie de l’entreprenariat ?

Honnêtement je pense que mon caractère y est pour beaucoup.
Je me considère comme un électron libre, j’adore créer, résoudre des problèmes,
accompagner…

C’est vrai qu’une expérience dans une multinationale peut être très enrichissante, mais moi,
je préfère l’aventure, la prise de risque. Je vois un grand apprentissage dans l’entrepreneuriat.

D’ailleurs ma stratégie de carrière est celle d’apprendre au maximum entre mes 20 et 30 ans.
C’est durant cette période qu’on peut se permettre de faire des erreurs.

6–Votre plus grande fierté ?

Il faut savoir qu’au lancement de mon agence, mon père et moi étions ensemble puis pour d’autres obligations mon père a dû abonder ce projet.

Je me suis donc retrouvée seule .Quelque temps après, mon père est devenu mon client dans cette agence. Et bien que rapporter de la valeur ajoutée à une entreprise procure à chaque fois énormément de fierté, je pense que quand il s’agit de l’entreprise de son papa, ce sentiment de fierté ne peut être qu’amplifié.

7-Des projets pour l’avenir ?

Plein de projets. Il faut savoir que je suis passionnée par la psychologie, je veux donc me spécialiser encore plus dans le comportement du consommateur. L’idéal pour moi serait de lier les deux :le marketing , la marque et la psychologie.

Aussi, au sein d’Icone agency nous sommes en train de développer un nouveau pilier qui vise
à promouvoir les petite entreprises notamment les petites entreprises algériennes toujours dans l’idée de mettre en avant le made in Algeria.

Enfin, il faut savoir qu’avant Icone agency, j’avais lancé un premier projet Wooly, ce projet consiste à produire de la laine.
J’avais travaillé dessus pendant neuf mois, seulement ce projet demandait un grand investissement.
Comme je ne voulais pas de financement extérieur, j’ai laissé ce projet en stand-by, mais j’espère pouvoir le poursuivre dans quelques temps.

8-Enfin, que conseillez-vous aux jeunes qui s’intéressent à l’entrepreneuriat ??

Avant de se lancer, il faut réfléchir sur la valeur qu’on va créer.
Il ne faut pas se lancer juste pour se lancer. On ne se lance pas juste pour le titre, ou le statut.
Beaucoup pensent à tort que l’entrepreneuriat c’est la liberté, la flexibilité des horaires …
Je vous l’accorde, l’entrepreneuriat c’est passionnant mais il ne faut pas négliger la partie cachée de l’iceberg. L’entreprenariat inclut beaucoup de concessions. Il faut penser aux nuits blanches, aux moments de doute et de solitude …

Donc j’encourage toutes les personnes d’aller aux bout de leurs projets, de concrétiser leurs idées mais avant de se lancer de vraiment prendre le temps d’y penser.

Articles par l'équipe derrière THE ADDRESS.